Vendredi 4 janvier 5 04 /01 /Jan 09:15

http://enkisatan.files.wordpress.com/2012/04/zandvoort-victims.jpgOù en est-on dans l’affaire du Var ?

Eh bien rien ne semble bouger du côté de la justice, qui prend tout son temps pour organiser le procès de la dénonciation calomnieuse contre Sarah, la mère des enfants, et John, le grand-père des enfants.

Toujours pas de date pour le procès, toujours pas de mesure de protection des enfants du côté des services sociaux. Quand Sarah a écrit à Sarkozy, il a tout renvoyé aux pédos, et Sarah a été accusée de dénonciation calomnieuse !

 


Le 11 janvier 2013, Sarah doit rencontrer le juge des enfants pour savoir si elle pourra voir ses enfants plus que quatre heures par mois. Evidemment, si elle fait quoi que ce soit, si elle se bat pour les protéger, elle ne les verra plus du tout. Beau moyen de pression sur cette maman…


On se souvient que le médecin de famille des enfants et de Sarah, qu’on a appelée le Dr Trafalgar, est du côté du père pédophile. D’ailleurs, ils se tutoient. C’est elle qui s’agissant des meurtres d’enfants lui a dit que Sarah et les grands-parents des enfants étaient « au courant de tout », et s’adressant à l’un des enfants « c’est toi qui a parlé, p’tit con ? ».


En effet, John lui avait parlé de ce que les enfants lui avaient dit subir avec leur père et ses amis. Elle avait alors fait une déposition à la gendarmerie pour signaler que les enfants étaient en danger, mais usant de mensonges grossiers elle avait dirigé les suspicions vers John et Sarah.


John a alors porté plainte pour dénonciation calomnieuse contre le Dr Trafalgar.


Aucune suite n’ayant été donnée à sa plainte, John a alors porté plainte le 24 mai 2012 contre le Dr Trafalgar auprès du procureur de Draguignan, cette fois pour complicité de crimes, faux témoignage, non assistance à enfants en danger, violation du secret professionnel, avec à l’appui des preuves incontestables dont un enregistrement où elle reconnaît avoir reçu les aveux du père des enfants, alors que lors de sa déposition aux services de police elle les avait passés sous silence.


Tous les ministres ont aussi reçu la copie de la plainte, et tous les partis politiques, associations et médias ont reçu aussi copie du dossier dans son intégralité, y compris les longs témoignages des enfants. Evidemment, personne ne bouge, même si tout le monde sait que c’est vrai. Etrange Etat de droit où les enfants sont bafoués par tout le monde.


Personne, donc, n’a bougé. Certains ont bien vérifié que les faits étaient réels, et n’ont plus donné de nouvelles ensuite. Trop gros, peut-être ?


Parce que, dans cette affaire, il n’y a pas que le plouc de père des enfants et ses copains comme « Denis », par exemple, à être impliqués. Non, il y a aussi du beau monde, du milliardaire bien planqué, des flics, des membres des services sociaux, des enseignantes… Tout ces gens ont assisté aux meurtres d’enfants. Des meurtres qui, rappelons-le, étaient filmés, de même que les partouzes pédophiles qui précédaient les chasses et autres scènes de torture. Ca vaut combien, un snuff avec trois meurtres d’enfants dépecés ? Ce n’est pas un prix de prolétaire, c’est une certitude. Qu’on arrête de monter sur ses grands chevaux quand on dénonce les « élites pédophiles ». http://www.revue-medias.com/IMG/arton178.jpg


Depuis la plainte de John, rien ne se passe. Il a seulement été convoqué chez les flics fin juillet 2012 mais pas pour cette plainte. C’est suite à celle du Dr Trafalgar qui ayant pris connaissance de sa plainte non pas par la Justice mais seulement par le Conseil de l’Ordre des Médecins, a porté plainte contre lui pour dénonciation calomnieuse.



Dénonciation calomnieuse et déni de justice


Les faits rapportés entre 2007 et 2009, à savoir les innombrables viols des trois enfants de Sarah par leur père et ses copains pédos et les meurtres d’enfants, sont étayés de nombreux éléments. Mais, toutes les plaintes et tous les signalements ont été planqués au fond des tiroirs de la Justice vérolée de ce pays en déliquescence, et le Var le montre parfaitement.


Il n’y a jamais eu d’instruction au sujet de ces faits criminels, bien que la loi oblige un juge à se pencher là-dessus. Mais la loi est une chose, la manière dont elle est interprétée en est une autre.

Personne n’a été placé en détention provisoire non plus. Les seuls à avoir été en prison sont Sarah, sa mère et John, qui ont eu le plaisir de connaître les joies de la garde à vue. Rappelons que les faits rapportés ici se passent en France, pas au fin fond de l’Angola.


Précisons encore que les enfants n’ont pas été entendus par le juge, bien que la loi le permette et que les enfants l’aient demandé, comme c’est souvent le cas d’ailleurs. Et on s’est bien gardé de mener les expertises médicales qui auraient prouvé les viols. Oubliée, l’IRM des voies basses des trois enfants.

Tout ceci relève du déni de justice, à savoir : « Le fait par un magistrat, ou toute autre personne siégeant dans une formation juridictionnelle ou toute autorité administrative, de dénier de rendre la justice après en avoir été requis, et de persévérer dans son déni après avertissement ou injonction de ses supérieurs est puni de 7 500 € d'amende et de l'interdiction de l'exercice des fonctions publiques pour une durée de cinq à vingt ans. » selon l’article 434-7-1 du code pénal.


Il s‘agit surtout d’une entrave à la Justice, qui devrait, normalement, tenter de protéger les enfants et pas les envoyer chez leurs bourreaux, une bande de dingues qui sont bons pour l’Hôpital psychiatrique.


Quant à la notion de « procès équitable », elle est totalement absente dès qu’on est face à un réseau de pervers aidé par les connexions franc-maçonnes de la Justice et des autres administrations.


C’est comme cela qu’on en arrive à une aberration comme l’affaire du Var.


Le Dr Trafalgar ne s’est pas privé de dénoncer à la police de pseudo « pressions psychologiques » de Sarah et ses parents sur ses enfants, de dire qu’ils les influençaient, etc… Question : quand aurait-elle fait cela, puisqu’elle ne les voyait qu’un week-end par mois à l’époque ? Qui avait le plus de loisir pour manipuler les enfants ?

Et qui y avait intérêt ? Parce que concrètement, plus Sarah se battait, moins elle voyait ses enfants et plus ses problèmes administratifs devenaient catastrophiques. A moins d’être débile ou masochiste, même pour nuire à quelqu’un, on arrête les frais.

Trafalgar accuse aussi la famille de Sarah d’être une secte, et raconte moult mensonges dans sa plainte.


 

http://idata.over-blog.com/5/06/49/73/76042_160995170602603_118030988232355_285505_4003870_n.jpgLes relations de « Marc », le père des enfants


Ce père qui viole et donne ses enfants à un réseau pédophile depuis fin 2007 a de l’entregent. Notamment :


- Très ami avec M « Heineken », éducateur à l’ADSEA du Var, chargé d’une mesure d’AEMO (suivi) pour les enfants. Lui aussi a participé aux meurtres. Le Dr Trafalgar connaît bien Heineken aussi, d’après ce qu’elle a raconté elle-même.


- Connait bien la psychologue de ce même ADSEA du Var, présente lors de certains meurtres d’après nos informations.


- La directrice de la maternelle des enfants, conseillère municipale dans une mairie du coin.


- Le directeur de l’école primaire des enfants, qui n’a d’ailleurs pas hésité à faire un témoignage mensonger contre Sarah et sa mère. Le jour de la visite de l’école par les parents, « Marc » a dit à Sarah qu’il connaissait les lieux « par cœur ». Les enfants de Trafalgar sont aussi dans cette école.


- Il connaît bien Trafalgar, qui elle connaît bien le père de Sarah, gynécologue–obstétricien dans la région.


- « Marc » connaît aussi très bien le père de Sarah, avec lequel il est en relation régulièrement.


- Il y a aussi un certain « Philippe M », qui serait milliardaire, possédant une villa à Beauvallon, que « Marc » est censé n’avoir pas vu depuis quatre ans, quand il a participé à la construction de la villa ? C’est faux, on sait que « Philippe M. » (et c’est certainement un des nombreux pseudonymes de ce type. Jusqu’ici, on l’a appelé Zébulon) était présent lors de certains meurtres, qui se sont parfois produits chez lui.


- « Marc » se vante aussi d’être ami avec les gendarmes du coin. D’où, probablement, l’absence d’enquête sur les faits dès le départ.


Par reseaupedophileduvar - Publié dans : L'affaire
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Vendredi 4 janvier 5 04 /01 /Jan 08:31

http://static.lexpress.fr/medias/288/le-sceau-de-la-justice_327.jpgDepuis le début de cette affaire, Sarah voit ses plaintes classées sans suite, les vices de procédure se multiplier, les collusions et le déni de justice devenir la règle.

Aperçu de ce à quoi ressemble notre « Etat de droit » bidon qu’est la france :

 

 

1/ Plainte du 25 décembre 2005 de Sarah contre « Mars », le père pédophile des trois enfants, qui les a livrés à un réseau pour : tentative de viol.

Cette infraction est punissable, en vertu des articles 9, 222-23 et 222-24 du Code pénal, de :

20 ans de réclusion criminelle.

▬►Classement sans suite

 

 

 

2/ Plainte du 2 octobre 2007 de Sarahi contre « Marc » pour : abandon de famille

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 227-3 du Code pénal, de :

2 ans d’emprisonnement et de 15 000 €uros d’amende.

▬►Classement sans suite

 

 

3/ Plainte du 10 octobre 2007 de Sarahi contre « Denis », l’ami de « Marc » pour : viol sur mineure de 15 ans.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 222-24 du Code pénal, de :

20 ans de réclusion criminelle.

▬►Classement sans suite

 

 

4/ Plainte du 9 mai 2009 de Sarah contre « Marc » pour : 5 non-représentations d’enfants.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 227-5 du Code pénal, de :

1 an d’emprisonnement et de 15 000 €uros d’amende de 15 ans de réclusion criminelle.

▬►Classement sans suite

 

 

5/ Plainte du 15 mai 2009 de la mère de Sarah contre « Marc » pour : enlèvement d’enfants.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 227-9 du Code pénal, de :

3 ans d’emprisonnement et de 45 000 €uros d’amende.

▬►Classement sans suite

 

 

6/ Plainte du 1er juin 2009 de la mère de Sarah contre « Marc » pour : menaces de mort et agression physique ayant entraîné 150 jours d’ITT et une infirmité permanente.

Cette infraction est punissable, en vertu des articles 222-9 et 222-10 du Code Pénal, de :

15 ans de réclusion criminelle.

▬►Classement sans suite

 

 

7/ Plainte du 15 juin 2009 à Nice de la mère de Sarahi contre Mme G. de la PJJ de Toulon pour : dénonciation calomnieuse dans jugement du JDE du 26 mai 2009.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 226-10 du Code pénal, de :

5 ans d’emprisonnement et de 45 000 €uros d'amende.

▬►Classement sans suite

 

 

8/ Plainte du 15 juin 2009 à Nice de Jonh, le beau-père de Sarah contre le Dr Trafalgar pour : dénonciation calomnieuse dans jugement du JDE du 26 mai 2009.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 226-10 du Code pénal, de :

5 ans d’emprisonnement et de 45 000 €uros d'amende.

▬►Classement sans suite

 

 http://leshistoiresda.blog.europe1.fr/files/2012/11/p%C3%A9dophileOKOK.jpg

9/ Plainte du 15 juin 2009 à Nice de John contre M. « Heineken », éducateur à l’ADSEA du Var (et membre du réseau pédophile, qui a participé à des meurtres tout en étant chargé du suivi des trois enfants de Sarah) pour : dénonciation calomnieuse dans les jugements du JDE du 4 novembre 2008 et 26 mai 2009.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 226-10 du Code pénal, de :

5 ans d’emprisonnement et de 45 000 €uros d'amende.

▬►Classement sans suite

 

 

10/ Plainte du 30 août 2010 de Sarah contre « Marc » pour : enlèvement d’enfants.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 227-9 du Code pénal, de :

3 ans d’emprisonnement et de 45 000 €uros d’amende.

▬►Classement sans suite

 

 

11/ Plainte du 17 septembre 2010 de Sarah contre « Marc » pour : 19 non-représentations d’enfants.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 227-5 du Code pénal, de :

un an d’emprisonnement et de 15 000 €uros d’amende.

▬►Classement sans suite

 

 

12/ Plainte du 25 mars 2012 de Sarah contre « Marc » pour : menaces de mort.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 222-17 et 222-18-3 du Code pénal, de :

5 ans d’emprisonnement et de 75 000 €uros d’amende.

▬►Classement sans suite

 

 

13/ Plainte du 23 avril 2012 de la mère de Sarah contre Madame G. de la PJJ de Toulon et contre X pour : dénonciation calomnieuse et faux témoignage dans le jugement du JDE du 26 mai 2009.

Cette infraction est punissable, en vertu de l’article 226-10 et 441-1 du Code pénal, de :

5 ans d’emprisonnement et de 45 000 €uros d'amende.

▬►Classement sans suite

 

 

14/ Plainte du 19 mai 2012 de John contre le Dr Trafalgar pour complicité de meurtres avec tortures et viols sur enfants, non-assistance à enfants en danger, violation du secret professionnel, dénonciation calomnieuse afin de couvrir des actes criminels et de protéger leurs auteurs.

Ces faits sont prévus et réprimés par les articles 121-6 et s., 221-1 et s., 222-22, 222-23 et s., l’article 132-23, les articles 223-6 et s., 434-1 et 434-3, l’article 226-13, les articles 226-14 et s., les articles 226-10 et s. du Code pénal et sont punissables de :

la réclusion criminelle à perpétuité.

▬►Classement sans suite

 

 

En revanche, quasiment toutes les plaintes de « Marc » ont été suivies d’effet avec une grande célérité.

Par reseaupedophileduvar - Publié dans : L'affaire
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 29 juillet 7 29 /07 /Juil 11:54

Sexual-abuse.jpgBeaucoup d’affaires impliquant des réseaux pédocriminels ont revenir à la surface à la rentrée. Parmi elles, l’affaire du Var, dans laquelle trois enfants sont victimes de leur père et de sa clique, et ont du assister à 16 meurtres d’enfants lors de soirées pédos organisées par Marc et Denis (pseudos), leur père et son meilleur ami.

On a vu que la Justice avait eu des réactions aberrantes à de nombreuses reprises dans cette affaire, jusqu’à poursuivre aujourd’hui la mère des enfants, Sarah, pour fausses accusations et dénonciations mensongères.


On pourrait parler de la brigade de pandores qui est venue chercher les enfants pour les mettre dans un foyer, après quoi Sarah a attendu des semaines pour savoir où étaient ses enfants. On pourrait parler des certificats médicaux mis de côté, des enregistrements de conversations cruciales dont la Justice, dans sa grande sagesse, n’a pas tenu compte.

 

Un CD Rom contenant tout le dossier a été envoyé aux politiques, aux médias, aux professionnels de l’enfance, mais rien ne s’est passé. Silence tonitruant, même si on sait que certains ont cherché à vérifier les faits, et qu’évidemment l’affaire étant vraie, ça craint.

 

Alors l’inaction politique, celle qui permet à des types comme Lang, Cohne Bendit ou Frederic Mitterrand de « faire de la politique », reste le maître mot. Rien ne doit bouger, la société doit dormir tranquille.


Et elle dort bien, c’est une certitude. Pendant que l’été, tout le monde pense à autre chose, le système s’organise pour broyer ceux qui contestent, ceux qui dénoncent, ceux qui veulent sauver leurs enfants. Ce sont des femmes, surtout, et des hommes aussi, qui sont confrontés à des violences sexuelles sur leurs enfants, et qui se font ensuite broyer par la machine judiciaire.


Sarah et le compagnon de sa mère, qui ont tenté jusqu’au bout de faire ouvrir les yeux à une justice sourde, muette et aveugle, ou bien corrompue, la question peut se poser, vont donc se retrouver accusés de fausses accusations et de dénonciations mensongères. Simplement parce qu’ils ont dénoncé ce que tout adulte doit dénoncer : les violences sur les enfants. C’est une obligation légale de dénoncer ces faits. Alors si des familles se retrouvent poursuivies pour avoir dénoncés ces faits de violence, simplement parce que la Justice a classé les plaintes sans suite, où va-t-on ? Quelle mère risquera encore de dénoncer de tels faits sachant que la Justice blanchit les coupables la plupart du temps, et que le pervers peut ensuite se retourner contre elles, avoir la garde des enfants, et obtenir les droits exclusifs sur les enfants ? 


Heureusement, une loi de juillet 2010, dont le tribunal de Draguignan ne semble avoir cure, empêche de telles poursuites.


On notera aussi au passage que la mère de Sarah, qui se bat avec sa fille depuis le début, était considérée comme folle au moment des faits, et n’est pas poursuivie. Serait-ce parce qu’elle était avocate et qu’elle sait quoi répondre à ces accusations aberrantes ?

 

Article 226-10  (Version en vigueur au 19 février 2011, depuis le 11 juillet 2010) 

 La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d'un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l'on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu'elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d'y donner suite ou de saisir l'autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l'employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.

 

La fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d'acquittement, de relaxe ou de non-lieu, déclarant que le fait n'a pas été commis ou que celui-ci n'est pas imputable à la personne dénoncée. 

 En tout autre cas, le tribunal saisi des poursuites contre le dénonciateur apprécie la pertinence des accusations portées par celui-ci.

Vous avez bien lu : pour accuser quelqu’un de dénonciation mensongère etc., il faut que la personne accusée ait bénéficié d’une relaxe ou d’un non lieu, alors que dans notre affaire il n’y a eu que des classements sans suite. Il faut aussi que l’accusé n’ait pas pu commettre les faits. 

Autrement dit, ces poursuites sont illégales. Mais dans cette affaire, on n’en sera pas au premier vice de procédure.


-------------------------


Le procès pourrait avoir lieu rapidement, d’ici un mois, mais il est aussi possible que les poursuites traînent. Quoi qu’il en soit, nous nous tiendrons prêts. Il est hors de question qu’on bafoue encore une fois les droits des parents protecteurs, nous sommes encore dans une certaine démocratie et il faut la défendre. Accessoirement, au-delà de la situation de Sarah, ce sont les enfants qu’il faut sortir de là.

 


Par reseaupedophileduvar - Publié dans : L'affaire
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Vendredi 22 juin 5 22 /06 /Juin 15:37

Deux vidéos des témoignages des enfants au sujet des meurtres d'enfants commis par leur père et ses copains, dans le Var, entre novembre 2008 et avril 2009.


Sur le 1er meurtre:

Le dimanche 30 novembre 2008, c’est le 1er meurtre d’enfant.

Il s’agit d’un garçon de 4 ou 5 ans, tué sur la route de la Mort du Luc, dans le Var. Etaient présents six hommes dont le père des enfants et Denis.

Le père a filmé les faits. Les enfants ont expliqué que les adultes ont laissé courir l’enfant avant de l’attraper avec une corde.

Ce même dimanche, deux amis de Sarah faisaient le guet à la sortie du chemin qui mène à la maison de Marc. Quand la grêle a cessé, vers 12h 50, ils ont vu Marc partir en voiture, suivi de 3 ou 4 autres véhicules, des 4x4.

Ils ont pris la route de la Mort du Luc et se sont arrêtés à côté d’un cabanon, style container frigorifique.

 

Sur le premier triple meurtre:
Les faits se sont produits chez "Denis", l'ami du père des enfants. Trois enfants qui ont été tués, violés, mis tout nus et suspendus à une branche par les poignets (on leur avait coupé les mains). Le petit garçon était au milieu, une petite fille de chaque côté. Les adultes les ont ensuite dépecés pour être en partie mangés. On a obligé Marie à manger un morceau de cervelle de la petite fille, on a fait cuire des yeux pour les donner à manger aux enfants, et une partie de la chair a été mise au congélateur par Marc. Quant aux enfants, on les a laissés accrochés par les poignets, sans jambes ni mains, le tronc ouvert.

Par reseaupedophileduvar - Publié dans : Les documents
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Mercredi 18 avril 3 18 /04 /Avr 11:09

Voici la liste des personnes qui ont reçu le CD Rom de l'affaire du Var. Certains se sont manifestés, mais pas tous loin de là, surtout du côté des journalistes. On sait bien que l'affaire des attouchements ayant été classée sans suite par la Justice, il y a beaucoup de travail pour prouver le déni de Justice. Mais, pour enquêter il faut commencer par prendre contact avec les personnes au courant de cette affaire, et nous espérons vivement que cela sera fait rapidement, et cela dans l'intérêt vital des enfants. Car, ils vivent toujours chez leur père, coupable notamment de les avoir impliqués dans 16 meurtres d'enfants.

 

 

LISTE DES PERSONNES PUBLIQUES INFORMEES (du 6 mars au 13 avril 2012) 

 

- Eva Joly     Europe Ecologie-Les Verts

- Cécile Duflot      Europe Ecologie-Les Verts

- Dominique de Villepin     République solidaire

- Nicolas Dupont-Aignan     Debout la République

- Arnaud Montebourg     Parti Socialiste

- Ségolène Royal     Parti Socialiste

- Benoit Hamon     Parti Socialiste

- François Asselineau    UPR

- Florian Philippot     Front National

- Marine le Pen     Front National

- Michel Thooris    Front National

- Roger Holeindre      Parti de la France

- Jean-Luc Mélenchon     Front de gauche

- Clémentine Autain     Front de gauche

- Pierre Laurent      PCF

- Marie-George Buffet       PCF

- Nathalie Artaud     Lutte ouvrière

- Philippe Poutou     NPA

- Olivier Besancenot     NPA

- Jacques Cheminade     Solidarité et Progrès

- Alain Soral      Egalité et Réconciliation

- Bernard Laporte      Ex-ministre de la Jeunesse et des Sports

 

- Philippe Bilger     Retraité Avocat général   blog

- Yves Charpenel     Président de la Fondation Scelles

 

- Michel Field      TF1 

- Thérèse Lombard      FR2

- Audrey Pulvar      FR2

- Elise Lucet    FR2

- Olivier Delacroix     FR2

- Stéphane Taponier      FR3

- Amélie Delloye       FR3

- Laure Adler     FRÔ 

- Bernard de la Villardière     M6

- Gérard Conord       TVS

- Yves Calvi    France 5

- Stéphane Guillon       Canal +

- Alexandra Guillet      LCI

- Jean-Christophe Routhier     FR3 Cote d’Azur

- Véronique Varin       FR3 Côte d’Azur

- Hélène Maman        FR3 Côte d’Azur

 

- Natacha Polony     Le Figaro

- Frédéric Berger      L’Echo des Montagnes

- Edwy Plenel     Médiapart

- Fabrice Arfi     Médiapart

- Sophie Coignard      Le Point

- Christophe Barbier     L’Express

- Estelle Saget       L’Express

- Vincent Olivier      L’Express

- Eric Fottorino      Le Monde

 

- Flore Olive      Paris-Match

- Emma RUBY-SACHS       Avaaz  New-York

- Gérard Bon      Reuters

- Patrice Collen     AFP

- Sylvie Husson    AFP

 

- Michel Colomes     Le Point

- Nathalie Dolivo        ELLE

- Valérie Toranian      ELLE

- Tina Kieffer    Marie-Claire

- Monique Majerowicz    Marie-Claire

- Anne-Florence Schmitt    Le Figaro-Madame

- Ségolène Vacrenier      Le Figaro-Madame

- Michel Taccola      journaliste indépendant

- Sylvie Beallet       journaliste indépendant

 

- Karim Hacene     Sud Radio 

 

LISTE DES PERSONNES INFORMEESdu 6 mars au 13 avril 2012  ( suite)

 

- Nathalie Hernandez     France Inter

- Jean-Jacques Bourdin        RMC

- Patrick Sébastien       écrivain, animateur TV

- Pierre Péan        journaliste écrivain

- Gilbert ABAS       Retraité Policier RG  écrivain          

- Martine Nisse       Psycho thérapeute

- Pierre Lassus, Didier Pleux       Psycho thérapeutes

- Yves Boisset        Réalisateur cinéma

 

- Homeyra Sellier       ONG Innocence en Danger

- Sabine Hoa Soulhac       Association E.V.A

- Emmanuelle Piet       Pte Collectif Féministe c /le Viol

- Anne-Marie Clément       Présidente Enfance Majuscule

- Anticor

- SOS Les Mamans

- Collectif féministe contre le viol

- Jean-Claude Ponson, Paul-Emile Charlton, Christian Basano, Christian Cotten, Henri Klein,

 

- FR3 Régions : Denis Schultz (IRCOD Strasbourg),Patrice Bernard (RECIDEV Besançon), Guillaume Bertrand (MDH Limoges), Pauline Wetzel (ORCADES Poitiers), Irène Gunepin (LOR-SUD Nancy), Sylvie Mouret (ligue de l’Ens. Féd° des Vosges Epinal), Françoise Cabane (CODES Marseille), Claire Fritsch (CITIM Caen), Bernard Vrignon (MAISON DES CITOYENS DU MONDE Nantes), Stéphanie Chapuis (CENTRAIDER Vendôme), Anna Hallouch (La semaine de la Solidarité c/o CRID Paris), Rose-Marie Di Donato (RESACOOP Lyon), Marie Aimar (CERAPCOOP Clermont-Ferrand),

- France Bleu : Gilles Chonavel (Rhône-Alpes), Anne-Florence Mignot (Paris), Patrick Marlière (Nord), Martine Nicolaus (Normandie), Christine Arribas (Gard Lozère), Frédérique Faure (Loire Océan), Monique Robin (Pays d’Auvergne), Danielle Alembik (Alsace), Responsable comm. (Gironde) 

 

- ANVEDJ 75

- Catherine Barma        FR2

- Jean-François Kahn        chez Plon

- Erik Izraelewicz        Dr Rédaction     Le Monde

- Etienne Mougeotte         Dr Rédac.     Le Figaro

- Jean Hornain        Dr Rédac.     Le Parisien

- Christophe Deroubaix        Dr Rédac.     L’Humanité

- Laurent Joffrin        Dr Rédac.     Le Nouvel Observateur

- E. Conan         Dr Rédac.     Marianne   

- Eric Chol        Dr Rédac.     Le Point

- Olivier Royant        Dr Rédac.     Paris-Match

- Directeur de la rédaction       Santé Magazine

- Dominique Leglu        Dr Rédac.     Sciences et Avenir

- Matthieu Villiers        Dr Rédac.     Sciences et Vie

- Francis Laffon        Dr Rédac.       L’Alsace

- Francis Hirn        Dr Rédac.      Dernières Nouvelles d’Alsace

- Nicolas Bastruck         Dr Rédac.      Le Républicain Lorrain

- Rémi Godeau         Dr Rédac.     L’est Républicain

- Jean-Michel Bretonnier        Dr Rédac.     La Voix du Nord

- Didier Louis        Dr Rédac.      Le Courrier Picard

- M. Leclerc        Dr Rédac.      La Manche Libre

- François-Régis Hutin        Dr Rédac.     Ouest-France

- M. Quiviger        Dr Rédac.      Le Télégramme de Brest et de l’Ouest

- Jacques Guyon        Dr Rédac.     La Charente Libre

- Patrick Venries        Dr Rédac.      Sud-Ouest

- Jean Marziou        Dr Rédac.      La République des Pyrénées

- Jean-Claude Souléry        Dr Rédac.      La Dépêche du Midi

- M. Pallat         Dr Rédac.      Midi Libre

- M. Biscaye        Dr Rédac.      Nice-Matin

- Philippe Minard        Dr Rédac.      La Provence

- M. Antoye        Dr Rédac.      Le Progrès

- Béatrice Charvais        Dr Rédac.     La Montagne

- Associations : SOS Inceste  Chassieu, Grenoble, Nantes, Olonne/mer, Clermont-Ferrand, Paris, Stop à l’Oubli Montcuq, AIVI Paris, SOS Femmes Accueil St-Dizier, Viol-Secours Genève

 


Par reseaupedophileduvar - Publié dans : CD ROM
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Présentation

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Catégories

Recherche

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus